25/03/2013

J'ai été volée par un noir

Maintenant, c'est fait.

J'ai le droit de m'exprimer en toute légitimité sur le racisme et l'insécurité.

Youpi !

(Encore un argument que la subtile - mais feu - Gauche Populaire n'aura pas).

Je ne vis plus dans les beaux quartiers depuis un certain temps. J'ai été cambriolée deux fois. Et je m'étais déjà fait voler un portable par une bande de petits cons.

Mais là, c'est immense.

racisme,insécurité,gauche populaire,agression,société,vol,iphone

Il était noir, ado, capuche.

J'ai eu un pressentiment quand il s'est approché vers moi sur la gauche, j'ai ralenti le pas, eu le temps d'engager un dialogue avec moi-même pour combattre cette appréhension et faire confiance à l'humanité qui me trahit peu.

Et il s'était emparé du téléphone, de l'IPHONE, ma maison-coquille-drogue super dure.

Alors, s'est engagé un combat avec lui, le jeune, dont j'ai arraché la doublure de sa parka, l'objet s'est échappé de ses mains, j'ai de nouveau dialogué avec moi-même quant à l'intérêt qu'il y aurait à mourir pour un téléphone même s'il y avait eu des photos de gens nus dedans, plutôt que pour son pays.

Je l'ai lâché, rapide comme l'éclair il a ramassé ma vie-mon téléphone et filé.

La flic était fière de moi. Quand on a passé en revue toute la séquence au commissariat, pas pour rattraper mon voleur mais que l'assurance me rembourse, passage obligé, elle était contente. Ca enverrait un bon message au voleur. Et elle s'y connaît, elle avait pris 4 dépositions du même ordre dans la journée. J'étais son héroine du jour, j'ai tout raconté en large et en travers car je m'ennuyais pendant qu'elle faisait les papiers car JE POUVAIS PAS CONSULTER MON TELEPHONE pendant ce temps. Il est possible qu'elle ait le coeur un peu plus léger la prochaine fois qu'elle achètera sur ses deniers personnels l'encre utile à l'utilisation d'un tampon encreur, tampon qui doit ABSOLUMENT attester que la République Française reconnaît mon témoignage, République qui ne fournit pas l'encre. C'est trop cher.

Puis, sans trop y croire, on a fait semblant de chercher le voleur, j'avais le mec en tête, je l'ai décrit, malheureusement il avait la peau noire, les yeux foncés et les cheveux noirs et frisés, ce qui doit correspondre à pas mal d'hommes d'origine africaine. Heureusement j'avais "traits fins", comme indication mais c'est pas un critère qu'ils utilisent. Le fichier a sorti une photo, c'était pas mon type.

Ce qui m'a un peu calmée dans toute cette histoire, alors même que j'étais rentrée chez moi en pleurant et en agonisant ce mec après le vol, c'est de voir plusieurs ados rentrer dans le commissariat avec les menottes aux mains, je les enviais pas, ils me faisaient pitié, ils étaient mignons, le mien aussi aurait eu l'air mignon, désarmés, aux bras de flics en civil qui avaient l'air sympas, pas bravaches, je les trouvais petits pour être menottés, suis-je trop sensible ?

Depuis, je confesse, mon cerveau et moi dévisageons les ados noirs aux traits fins pour reconnaître celui qui m'a GRAVEMENT MIS DANS LA MERDE. Parce que je suis nomade. Entre mercredi soir, moment du vol, et vendredi soir prochain, j'aurai pris 8 trains et pas pour aller en week-end. Sans mon doudou. Avec ses plans, ses horaires de trains, Instagram, Facebook, Beauté Test, le site de la RATP, le lien direct avec mon assistante qui m'envoie les références de mes e-billets, Marmiton, les SMS avec X, les commentaires sur les posts, Spider solitaire. Et le téléphone que m'a fourni SFR, une antiquité dont je touche le minuscule écran machinalement (il ne se passe rien, sinon que s'y dépose du gras), ne se recharge pas.

Donc depuis tous les ados noirs sont mon potentiel agresseur, pour 1 seconde, le temps que je les dédouane.

Mais je n'ai pas peur.

racisme,insécurité,gauche populaire,agression,société,vol,iphone

La prochaine fois qu'un ado noir viendra vers moi, je serai sur mes gardes car mon cerveau fait son job, il a raison, utilise l'information disponible, son expérience. Ca passera. Parce que mon cerveau est malin, plastique, il aura d'autres choses à emmagasiner, ça l'épuisera.

Apparemment, c'est parce que j'ai du fric, un boulot, que je vis dans un lieu vivant, que je réagis comme ça.

A Brachay, un village où l'on vote à 72% pour Marine Le Pen, il n'y a plus de commerces.

La conclusion s'impose, pour le maire de Brachy : «L’immigration, on ne va pas tourner autour du pot, c’est le problème. Je ne suis pas raciste, les étrangers, on en a eu besoin au moment de la reconstruction d’après-guerre mais, avec la crise et le chômage, on ne peut pas accueillir tout le monde. Ici, il y a juste un Hollandais qui a racheté l’ancien couvent.»

01/10/2012

Pourquoi je n'aime pas la Gauche Populaire

Parce qu'elle me le rend bien.

Parce que si vous titillez le Gauche-Pop, il vous menace de vous outer : révéler votre "vraie" identité (à qui ?) sous le pseudo choisi pour arpenter les réseaux sociaux (j'ai des exemples et des preuves si souhaité). Une mentalité de collabo ? A se demander. A priori, à cette ligne, y en a un qui est déjà en route pour le commissariat.

Je ne les aime pas parce que mettre l'accent sur la situation des zones péri-urbaines abandonnées était salutaire et que nous les en remercions. Je les visite à l'occasion, c'est pas folichon, il y rêgne une tristesse que l'habitant de Colombes dont l'escalier de secours est régulièrement recouvert d'excréments ne connaît pas.

Je ne les aime pas parce qu'il leur faut opposer ces zones aux banlieues, alors qu'on ne peut décemment pas laisser des gens dans la peur de la balle perdue (ni trébucher dans un escalier couvert de merde). Les uns, contre les autres, bizarre pour des défenseurs d'une République une et indivisible.

Parce que sous couvert de protéger le "commun" des citoyens français, toute leur énergie est mobilisée à moquer le "bobo", ce type à la bourse bien garnie qui ne craint pas de vivre entouré d'Africains ou de Maghrébins. Ahahahahahah ! Coupable, je la fais courte, d'exciter la haine raciale des petites gens, de par son cosmopolitisme. La cible privilégiée de la Gauche Pop' qui gentiment comprend si bien l'électeur du Front National. Un peu de symétrie, mes amis, soyez aussi indulgents avec ces gens qui consacrent leurs dimanches à transformer une zone feuillue et morbide d'un quartier populaire en jardin partagé ouvert aux gamins qui traînent un peu trop dehors.

Parce que pour le Gauche Pop, le mariage homosexuel (qu'on soit pour ou contre) n'est pas une question de société, qui peu à peu s'est imposée dans le débat politique, en France mais aussi à l'étranger, fruit d'une longue histoire, Act Up, le PACS, le divorce, le Sida, la procréation médicament assistée, mais un coup des socialos pour faire passer leur impuissance face aux problématiques économiques. Vous l'apprendez, la théorie du mini-complot n'est jamais loin, à la gauche pop'.

Parce qu'en privé, ils font des blagues limites, très limites, qu'on ne le dit pas, qu'on le cache, parce qu'il faut toujours respecter les gens qui vous accueillent mais que trop c'est trop, le "Les gens pensent que j'ai des lunettes mais c'est parce que j'ai de grosses narines", énoncé à la Leeb est laid et je l'ai entendu dans la bouche de l'un des sois-disant "gentlemen" du mouvement.

Je ne les aime pas parce qu'ils ont les armes intellectuelles pour réfléchir finement aux questions de "repentance", car comment fait-on, en tant que fils de, pour apaiser la colère d'enfants dont les pères et mères ont été méprisés et humiliés par nos propres pères (pas le mien ! enfin !) ? Ils préfèrent passer un coup d'éponge sur le passé, "la colonisation, petit, t'étais même pas né, ne nous fait pas chier", alors qu'il s'agit d'un défi bien réel, naviguer entre notre respect, leur pardon et un futur qui ne serait pas plombé par les crimes d'antan.

Parce qu'ils ne voient pas le problème à s'exprimer dans les organes d'info du Bloc Identitaire, si c'est pas pour dire pareil, introduire des nuances mais quand même être approuvé par ledit courant. Ils vous rétorqueront que Le Pën s'exprime bien dans Le Monde. Pas faux, restons-en là si cela vous convient.

Parce qu'ils sont incapables de comprendre comment un ouvrier blanc au chômage dans l'impossibilité de payer les traites de sa maison de Chanteloup-les-Vignes et dont le budget est grêvé par sa facture d'essence continue à tolérer les étrangers sur son territoire. ALORS QUE LE BOBO DU MARCHE BIO RASPAIL LE NARGUE AVEC SA VESTE BURBERRY EN WAX.

laurent bouvet,gauche populaire,cevipof,bloc identitaire,libération,sylvain bourmeau,racisme,xénophobie,contreligne

Parce que le communautarisme je suis bien d'accord avec eux c'est flippant mais ne reconnaître ni genre, ni origine ethnique ou couleur de peau et les possibles conséquences de ces caractéristiques est au mieux naïf. Donc bête.

Parce qu'ils ne supportent pas d'être "objectivés" et qu'on leur fasse remarquer que Tadam ils sont blancs, mâles, aisés, habitent plutôt de beaux quartiers parisiens et qu'ils vous feront immédiatement la liste des étudiantes paumées qui comptent pour des femmes des noirs et des provinciaux engagés dans le mouvement. Mais, à leur tête, il y a quand même des mâles, blancs, aisés qui habitent les beaux quartiers parisiens. Et les conditions sociales de production de leur discours ne sont pas anodines. On attendrait d'un universitaire qu'il fasse preuve d'un peu de réflexivité. On l'attend encore.

Parce que ce serait si simple s'il fallait tout bonnement choisir entre une explication économique ou raciale pour comprendre les phénomènes d'exclusion, de stigmatisation, de domination. A la gauche pop', on ne chausse qu'une paire de lunettes pour décrypter le monde, avouez que c'est limité. 

Parce qu'ils ont beau répéter que "Dans la République, la seule identité commune, c’est la citoyenneté",   je trouve ça charmant, mais pas l'ombre d'une proposition politique pour fabriquer ce commun. Incantation ? Incantation.

Alors on a quoi ? Un courant protestataire ennemi de la subtilité, focalisé sur les éditoriaux de Libé, dont les membres vous expliqueront bientôt qu'ils cultivent des amitiés inter-raciales.

Et tout ça va diriger le centre de recherches politique (CEVIPOF) de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.

Applaudissez.

21/05/2012

Un genre de, regroupement familial ?!?

C'est la lubie du moment.

Dans ma salle de bain.

Tout ce qui se ressemble doit s'assembler.

Voilà leur histoire.

 

On a déjà mentionné que je voyageais en Province pour mon travail et qu'aussi j'avais mal au dos.

Et qu'il fallait que je reste propre, douce, soyeuse et déridée.

J'avoue donc un engouement pour les échantillons de produit offerts par les marques de cosmétique dans les magazines féminins dont je suis également friande pour éponger les heures de train que je m'enquille.

IMG_1667.jpg

Ainsi donc, toute pleine d'intelligence, je ne transporte pas mes soins habituels grand format lors de mes déplacements, afin de m'alléger mais, des miniatures, qui d'hydratant pour la peau, qui de camouflage des pores, qui de crème de nuit, qui de fond de teint, et cetera.

IMG_1666.jpg

C'est assez malin.

Et je ne suis pas femme à m'auto-congratuler si aisément.

Or, j'ai fondu à cette occasion pour une crème de nuit dite "veloutée", dont la texture était tout à fait fidèle au programme annoncé.

Au bout du deuxième échantillon me procurant ce même plaisir, j'ai acheté le produit, un acte rationnel, pour quelqu'un qui néanmoins ne croit pas valoir beaucoup.

Du moins, pas autant qu'Eva Longoria.

Et j'ai rapatrié la famille. Comme on a fait en 76. La crème de jour et le sérum. Rien ne s'y opposait. 

  1. L'étranger concerné ne justifie pas d'une année de résidence en France en situation régulière ;
  2. L'étranger concerné ne dispose pas de ressources stables, suffisantes pour subvenir aux besoins de sa famille ;
  3. Les conditions de logement que l'étranger se propose d'assurer à sa famille sont inadaptées ;
  4. La présence du ou des membres de la famille sur le territoire français constitue une menace pour l'ordre public ;
  5. Les résultats du contrôle médical auquel doivent se soumettre, dans leur pays d'origine, le ou les membres de la famille font apparaître qu'ils sont atteints de maladies ou d'infirmités pouvant mettre en danger la santé publique, l'ordre public ou la sécurité publique ; 

IMG_1653[1].jpg

C'était super. Une synergie. Ma peau allait recevoir des soins coordonnées, complémentaires, équilibrés.

Ca a fâché les produits de ma salle de bain mis au rebut.

Ils ont décrété comme en 77 que l'entrée des conjoints et enfants de travailleurs immigrés était subordonnée à la promesse que ceux-ci ne tenteraient pas d'y chercher un emploi.

J'avais pas le droit de les utiliser, on les laisserait stagner sur l'étagère.

J'ai cassé le décret en riant, avec l'aide de l'Europe et ai récidivé.

IMG_1655[1].jpg

 Ca a failli ne pas passer, car le Président de ma salle de bain avait concocté un nouveau règlement.

Il aurait fallu que les membres de la famille passent un examen sanctionnant leur pratique du français et la connaissance des valeurs de la République.

Tiens donc, il aurait fallu tester l'efficacité du-dit masque à cheveux ?!

Aujourd'hui, ça ne semble plus d'actualité.

On l'a renversé.

Mais je vous demande de veiller.

02/05/2012

Ca adhère (aux thèses du Front National)

On nous dit : "Ne confondez pas le parti et ses électeurs".

racisme,xénophobie,élections,présidentielle,sarkozy,fn,vote,front national,sociologie,gauche populaire

En voici la démonstration :

Alors que l'électorat de François Hollande et de Nicolas Sarkozy suit aveuglement son chef, validant la totalité de ses propositions, celui de Marine Le Pen sait prendre de la distance avec le programme de sa candidate.

Un peu de sens critique, que diable et c'est parmi les frontistes qu'est la plus répandue cette qualité !

Concédons un noyau dur.

Cependant, si la répartition des électeurs du Front National était un fruit, ce serait une grosse prune juteuse, pas une mangue dont le noyau occupe 1/3 du tout, pas une noix qui en sommes n'est que noyau.

Dans le cas présent, il s'agit d'un tout petit noyau sur lequel on se casse les dents pour des millions de personnes qui n'ont rien de racistes, monsieur !

racisme,xénophobie,élections,présidentielle,sarkozy,fn,vote,front national,sociologie,gauche populaire

En colère, en souffrance.

Certainement.

Mais xénophobes ?

Tout lepéniste qu'il soit, il a lu l'ensemble des rapports économiques qui montrent que l'immigration présente un solde positif pour la France.

racisme,xénophobie,élections,présidentielle,sarkozy,fn,vote,front national,sociologie,gauche populaire

Comment pourrait-il en contester les conclusions, car, quoiqu'on pense du lien entre le niveau de diplôme et le vote FN, n'est-il pas aussi rationnel que quiconque ?

Petite confidence, pudique, il n'ose l'exprimer en public, mais entre sympathisants, il les appelle CPF, les immigrés.

Les Chances Pour la France !

Il sait. Il sait calculer comme tout le monde ce que l'Etat Français doit à l'apport de ces populations par le biais de l'impôt.

racisme,xénophobie,élections,présidentielle,sarkozy,fn,vote,front national,sociologie,gauche populaire

Bien sûr, on ne peut contester une certaine hétérophobie, légère, assumée, répandue, parfois même drôle.

Quoi ! Vous croyez que l'habitant de Batz-sur-Mer porte dans son coeur celui du Croisic !?!

Il le mouche, le chine, l'asticote, tout comme il fait mine d'haïr l'arabe.

Du coin.

Et même si le premier arabe se trouve à plus de 100 kilomètres de son lieu d'habitation.

C'est ça, la magie Internet, on est tous connectés !

racisme,xénophobie,élections,présidentielle,sarkozy,fn,vote,front national,sociologie,gauche populaire

Non, vraiment, ne prenez pas au sérieux le vote de cet électeur, il est chafouin, et puis ?

Achevons de vous convaincre.

Prenez les islamistes radicaux.

Réfléchissez.

Combien parmi eux sont vraiment antisémites ?

 

racisme,xénophobie,élections,présidentielle,sarkozy,fn,vote,front national,sociologie,gauche populaire

 "J'ai un ami qui est xénophobe. Il déteste à tel point les étrangers que lorsqu'il va dans leur pays, il ne peut pas se supporter !"

Le grand Devos

26/03/2012

Le cas Merah (caché)

Et je vous épargne : "boire".

Le cas Merah. Boire.

Je ne la fais pas.

Ou si, d'après les 3 lignes précédentes.

Mais j'aurais voulu m'en abstenir.

 

Je voulais à ce propos, non pas revenir sur l'assaut du RAID et prodiguer mes critiques constructives pour une intervention plus réussie la prochaine fois que le cas se présentera, mais redire à quel point les choses sont parfois rendues simples grâce aux intellectuels.

Ici, singulièrement Robert Castel.

Machin-truc Merah était-il fou ?

Aurait-il pu être jugé ?

 

Dans L'ordre psychiatrique, il devient clair qu'à cause de la Révolution Française, nous ne pouvions pas envoyer ce taré en prison d'une simple pichenette.

27/03/1790 Art.9 de la loi portant sur l'abolition des lettres de cachet décrété par l'Assemblée
constituante.

Avec l'abolition de la lettre de cachet, il faut trouver de bonnes raisons pour enfermer quelqu'un. Ouais mais, se disent les législateurs, et s'ils n'ont pas toute leur raison ?

Pof, naît l'aliéné.

"Déraisonnable, il n’est pas sujet du droit ; irresponsable, il ne peut être objet de sanction".

Ce qui n'a rien à voir avec le fait de savoir si le type était bien dans sa peau.

Mohamed, ça ne devait pas être l'extase dans ta tête.  Mais tu aurais compris qu'on te juge.

 

Et cela me rappelle mon étonnement lorsque les experts psychiatriques ont décrété que Breivik était schizophrène et délirait lors de l'attaque, un épisode psychotique, ont-ils décrété.

Le type gérait une ferme, amassait des engrais pour fabriquer un explosif, s'est déguisé, a planifié la tuerie...

Il faisait preuve d'une certaine rationalité, des moyens assez en accord avec la fin qu'il poursuivait.

Cet homme n'est pas dans un état habituel d'imbécilité, de démence ou de fureur, il s'appartient, il est autonome, capable d'échanges raisonnés avec autrui.

On imagine effectivement l'état de transe dans lequel il a pu se trouver pendant qu'il perpétuait ce massacre, le plaisir qu'aurait trouvé Merah à tuer, cette sensation de toute-puissance, enivrante, on préfèrerait : nauséeuse.

banlieue,gilles kepel,proche-orient,conflit,film,mauvaise foi,israel,foucault,musulman,mohamed merah,norvège,islamisme,racisme,présidentielle,attentat,terrorisme,breivik,robert caltel

Anders Breivik veut être reconnu coupable, lui. Merci.

Et son avocat s'est rangé à son avis :

"Dans un premier temps, M. Lippestad avait axé sa défense sur l'affirmation que son client était fou. C'est d'ailleurs la conclusion des deux premiers psychiatres qui l'ont examiné. Mais l'avocat a fini par adopter la ligne de son client.

Pour Geir Lippestad, beaucoup de ceux qui partagent les mêmes idées qu'Anders Breivik sont qualifiés d'extrémistes, pas de psychotiques. Alors pourquoi lui?

"Nous ferons témoigner des gens de milieux extrémistes qui raconteront comment ils pensent, afin d'établir que d'autres, sans aller jusqu'au passage à l'acte, partagent la même idéologie ou le même mode de pensée, soutient l'avocat. Ce que nous voulons montrer, c'est que nous avons à faire à une idéologie, et qu'il n'est pas le seul à la défendre, qu'il n'est donc pas un psychotique qui vivrait dans un monde à part."

Les experts auraient décrit une personne qui se trouve dans un univers illusoire où toutes ses pensées et ses gestes sont régis par ses illusions.

S'il y a illusion, elle est collective, si l'on en croit les intentions de vote pour le Front National.

Car son but, Breivik : "une guerre préventive contre les régimes culturellement marxistes/multiculturalistes d'Europe" afin "de repousser, battre ou affaiblir l'invasion/colonisation islamique en cours, pour avoir un avantage stratégique dans une guerre inévitable avant que la menace ne se matérialise".

 

Chez Merah, des obsessions également partagées par un certain nombre de petits copains, rien moins que fous, même si de Dieu - à ce compte-là, je mets pour ma part tous les croyants à l'asile, même les sobres protestants.

Combien sont-ils, en France, les jihadistes ? Pas beaucoup, croyons-nous savoir.

Ouf (fou, en verlan ?) !

Surveillés, parfois punis.

banlieue,gilles kepel,proche-orient,conflit,film,mauvaise foi,israel,foucault,musulman,mohamed merah,norvège,islamisme,racisme,présidentielle,attentat,terrorisme,breivik,robert caltel

Encouragés ?

Je ne ferai pas ce plaisir à Sarkozy, de l'accuser.

Il y a loin, de la stigmatisation latente à l'agression meurtrière.

Et tant pis pour nous si les tenants du choc des civilisations triomphent, plaignons-les de pouvoir jouir en de telles circonstances.

 

Mais il y a quelque chose, dans l'évènement, il y a cette facilité avec laquelle s'exprime la haine envers les juifs chez...

Là c'est dur.

Arabes ? Musulmans ? Islamistes ? Extrémistes musulmans ?

Dur parce que cette haine est partagée par des gens qui ne poseront jamais aucune bombe, qui ne traînent pas sur les sites islamistes, ne lisent pas forcément le Coran mais grandissent dans l'exécration d'Israël et s'identifient sans aucune retenue au peuple palestinien.

On les y aide (là, je fais un coucou à Ashton).

Bien sûr, rien d'irrémédiable.

 

Mais pourquoi ?

"Quelles sont les racines de cet antisémitisme ? Il n’est pas importé du conflit israélo-palestinien. Au contraire. La focalisation sur les événements du Proche-Orient vient du fait que les gens sont antisémites, pas l’inverse. L’antisémitisme puise ses racines dans les conditions sociales et le vide politique qui règnent dans certaines banlieues. C’est une forme de «socialisme des imbéciles» . Quand on écoute les gens tenir des propos antisémites, ils font leur portrait à l’envers : les juifs sont puissants, je suis faible ; ils sont partout, je suis nulle part ; ils sont solidaires, je suis seul ; ils ont le droit de revendiquer leur identité, nous, au contraire, n’avons aucun droit".

Non.

Attendez.

Vous voulez pas dire que, ce serait dingue, qu'il y a une solution politique ???

banlieue,gilles kepel,proche-orient,conflit,film,mauvaise foi,israel,foucault,musulman,mohamed merah,norvège,islamisme,racisme,présidentielle,attentat,terrorisme,breivik,robert caltel

08/03/2012

C'est qui le méchant ? C'est le musulman

Il fut un temps, peut-être tranquille, où les musulmans n'existaient pas. Des humains se tournaient vers la Mecque, étudiaient les versets du Coran, s'agenouillaient rituellement, n'aimaient pas le cochon, pensaient à Mahomet, ces choses qui ressemblent à ce que font les musulmans étaient faites, faites en France mais on n'aurait pas dit de ces gens qu'ils étaient des musulmans.

guéant,marine le pen,front national,présidentielle,racisme,islam,religion,maghreb,identité nationale,brice hortefeux,halal

Cette sorte de personne, qu'on peut dire a posteriori le musulman, factuellement elle était peut-être là, à proximité, voisin-voisine, comme l'est un objet ou un élément de la nature, une roche, mais socialement, rien.

Je me souviens, à cette époque, des arabes. En France, il y avait des arabes mais y en a plus. Y a des musulmans.

Les arabes, désormais, ce n'est pas en Europe qu'on en trouve, si on pense « arabes », on voit plutôt des gens de la Méditerranée. Du mauvais côté de la Méditerranée, certainement, si les mers ont strictement des côtés.

guéant,marine le pen,front national,présidentielle,racisme,islam,religion,maghreb,identité nationale,brice hortefeux,halal

Vous rétorquez : « Au moment auquel tu penses, les arabes n'étaient pas musulmans. Très peu, une minorité l'était (en France, songez-vous) ».

Maintenant, si. Les uns sont devenus les autres.

On plongerait dans l'histoire on se dirait que vous avez faux.

Qu'ils l'étaient sûrement tout autant.

Vous m'en voudriez de ce revers alors vous expliqueriez : « C'est eux. C'est les arabes ».

- « Qu'ont-ils fait encore, eux ? » Je vous dirais.

-  « Ça leur est venu, ils ont préféré qu'on dise musulman plutôt qu'arabe, on leur a complu ».

Vous pourriez même vous laisser à dire que des avions ont foncé sur des tours pour être bien compris de tout le monde mais j'ai cessé de vous écouter à ce stade.

epic fail, guéant,marine le pen,front national,présidentielle,racisme,islam,religion,maghreb,identité nationale,brice hortefeux,halal

En revanche, peut-être a-t-on si brillamment combattu le racisme, tout à fait, qu'on n'a plus pu dire « les arabes », car ça avait des relents.

Alors, comme la société a horreur du vide, elle leur a substitué « les musulmans », pourquoi pas, si on a une telle théorie de la société.

En tout cas, ça s'est fait.

...

C'est un peu idiot, parce que ça ne décrit pas très bien ceux-dont-on-ne-peut-pas-dire-qu'ils-sont-arabes, vu que la majorité des musulmans ne sont pas arabes.

75% des musulmans dans le monde n'ont rien à voir, mais rien, avec des arabes.

epic fail, guéant,marine le pen,front national,présidentielle,racisme,islam,religion,maghreb,identité nationale,brice hortefeux,halal

Ou alors, c'est formidablement malin.

Malin à la Bourdieu, Bourdieu et demi.

Comme si les mots servaient à prescrire et à dénoncer et non pas à décrire ni énoncer, a dit notre maître.

 

Car, nous, les athées, nous qui spécialement avons lutté avec brio contre le concept de race, ne sommes pas des grands fans de tout ce qui a trait à la religion.

 

Ca nous irrite, le poisson du vendredi.

Ainsi donc, à chaque fois qu'on entend « musulman », on ne peut s'empêcher de tiquer.

Once a bouffeur de curetons...

Ils, les vilains, nous ont piégés.

epic fail, guéant,marine le pen,front national,présidentielle,racisme,islam,religion,maghreb,identité nationale,brice hortefeux,halal

"La vérité, ils voulaient qu'ça", noterait Faudel. Si par nostalgie j'écrivais en écoutant Tellement n'brick.

 

Piégés, en nous imposant "musulmans", quand tout en eux hurle ARABES.

Ah elle est forte, la synecdoque !

 

Je ne vois qu'une chose à faire.