Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2012

Le redressement productif, vu de mon dressing

J’ai tiré de bonnes idées de l’exercice qui consiste à mettre au rebut les vêtements d’hiver pour leur substituer de jolies cotonnades légères à l’approche de l’été (just pretend it’s summer). De bonnes idées pour redresser le pays.

3164-mines-etain.jpg

Il faut jeter. Les laideurs qui trustent le placard sans apporter aucun réconfort, vieilles choses qu’on ne voudrait plus porter pour un milliard. Fermer les usines ringardes.

Vous pensez « c’est faux ». La mode ressert toujours les mêmes plats. Il faut sauvegarder la sidérurgie. Le t-shirt cropped est bien revenu d’entre les tissus morts ! Pourquoi pas les chantiers navals ?

Alors, vous laissez moisir la veste molletonnée vert amande de chez Gap, la robe longue tye and dye, le jupon japonais d’une petite créatrice des années 90, la salopette en jeans Burger, parce que vous avez aimé les porter, à 17 ans au lycée, il y a 5 ans en vacances d’été, tout un printemps en petite jupette.

On se battra pour que la production automobile reste en France même si les voitures n’y sont pas vendues, ça reviendra, les transports collectifs, l’écologie ne sont que passade, tenons, tenons bon et l’activité redémarrera.

 

Il y a les classiques, veste Boyfriend grise Cacharel qui chaque automne vous donne une dégaine, le pull noir à la maille gaufrée qui sauve tous les jours où vous êtes pressée, un slim noir deux slims noirs, trois slims noirs indispensables.

A garder tant que ça ne s’effiloche pas, nettoyer à sec, favoriser le maintien. Le savoir-faire des usines Repetto, les cocottes en émail, français, une production artisanale et exportable à protéger.

 

Mais innover. Un jean jaune fluo, une blouse à l’imprimé Pollock, touches bien agréables pour renouveler la base. Les énergies renouvelables, la médecine de pointe voilà de quoi développer.

 

La nostalgie des mines de charbon, de ces travailleurs à qui on n’a pas dit que c’était définitivement foutu, ces vestes étriquées, froissables qu’on regarde s’étioler dans l’armoire, jaunissant à l’envi. A dégager, former.

 

Pour une France plus chic.

14/06/2012

Je suis une femme libre (mais de quoi ?)

De conduire une voiture. D’avoir un chéquier. De divorcer. De faire polytechnique. D’aller voir un match au stade. De choisir mon mari. De travailler. De porter des pantalons. D’avoir l’autorité parentale sur mes enfants. De voter. De monter à cru. De tromper mon mari. De fumer. D’accéder au trône d’Angleterre. De marcher dans la rue les cheveux au vent.

 

47938741.jpg

J’ai des droits.

Nombreux.

Merci d’avoir manifesté, choqué, gêné, lutté, pour me les assurer.

Je suis libre.

 

Mais Sinclair, chère Anne, n’utilise pas ma liberté pour justifier de ton amour pour un homme qui harcèle sexuellement les femmes, n’utilise pas leur combat pour mes droits comme cache-misère de ta sinistre vie amoureuse.

 

J’ai ma liberté de penser.

Je peux te contredire, amour.

En public.

Je suis libre.

 

Mais Trierweiler, chère Valérie, n’utilise pas ma liberté pour régler tes comptes avec l’ex de ton homme [politique], ne l’utilise pas pour masquer ta mesquinerie et ta petitesse.

 

Ne revendique pas d’être une femme libre parce que tu places l’avenir de la France loin derrière tes préoccupations personnelles, ta vie privée, peut-être ta jalousie maladive dont je ne veux rien savoir. Sauf dans la salle d’attente du dentiste.

 

Ou alors.

 

Prend exemple sur la liberté de femme de Mr Clinton, de Mr Rousseff, de Mr Finnbogadottir, de Mr Bachelet, de Mr Patil.

 

Tu es absolument ringarde, si tu penses que faire une connerie est le propre de la femme.

04/06/2012

Je suis raciste

Depuis jeudi. Depuis que parler de blancs et de noirs c’est être raciste.

390887_10150542699191844_672931843_10734089_198858108_n.jpg

Avant, c’était affirmer la supériorité des blancs sur les noirs.

Les temps changent.

On dirait presque, « je suis fière d’être raciste ».

Pas encore. Pas ce lundi. Bientôt.

Quand être raciste, ce sera, ne pas être color-blind.

Qui consiste à (un peu) : Nier l’existence d’histoires, de destins, d’expériences, d’opportunités différentes selon que l’on est noir ou blanc en France. Ou arabe. Ou…

 

Aujourd’hui, la personne qui garde mon chien quand je suis en déplacement, je l’aime.

Dans mon répertoire, son nom est « Madame Bambi ».

Elle me dit.

« J’ai été malmenée par une dame dans les transports publics aujourd’hui. Je l’ai à peine effleurée, elle a voulu me casser une bouteille sur la tête. Personne n’a bougé. Sauf un vieil homme arabe qui a pris ma défense. Alors quand on dit qu’on est raciste… »

J’attends la suite.

« … Elle était noire, cette dame. Donc on veut pas être raciste mais… »

Moi, déconcertée.

« Bah, c’est compliqué, elle était noire mais la personne qui vous a aidée était arabe, alors, bon, c’est compliqué ».

« Mais, elle était noire ».

Gentille femme. Quelqu’un de bien. Je n’ai pas insisté.

 

Au Mali, face à ce marchand de tongs en cuir, je négocie. Fort, fort, fort. Mon dernier prix.

Il répond « Bon, ok, puisque vous êtes nos colonisateurs ».

Pas contente, l’Ema, rictus dégouté, je suis sur le départ et ne lui prendrai pas ses chaussures.

Il rigole : « Je plaisante ».

Ouais, il rigolait vraiment. C’était de l’humour. Plutôt drôle, rétrospectivement.

 

Cette copine afro-antillaise, délaissée par les minets du lycée. Ambiance plus white que black. Un jour, elle s’est aperçue qu’elle avait un succès dingue parmi les mecs noirs. Invisible d’un côté, encensée de l’autre, elle ne pouvait pas hésiter.

 

A cette époque, toujours, ces deux amies franco-maghrébines dont les pères ne pouvaient pas vivre en France car n’y avaient jamais trouvé de travail à la hauteur de leurs compétences. Celle qui faisait le plus « arabe » était regardée comme une abrutie par nos professeurs. Cette année, elle était nominée aux Césars.

 

Dans ce collège de l’élite parisienne malheureusement situé à l’Est de Paris, y avait les classes de blancs et les autres. Les 5ème de 1 à 5 n’étaient constituées que de blancs. Le reste, c’était plus bigarré.

 

La vision de « Mémoires d’immigrés ». Le petit choc. De les voir, les maghrébins amenés sur le sol français, si peu combattifs. Pleutres, non. Acceptant leur sort, j’ose dire. Pas révoltés. Leurs gamins s’en chargent à leur place. J’aurais fait pareil. J’aurais été en colère.

 

Ces foyers maliens, qui faisaient vivre des villages au pays, les mecs restant quelques années pour repartir chez eux, remplacés par d’autres habitants de la contrée. Un manège, une parenthèse, un système économique. Le contrôle aux frontières a enrayé la machine. Ca ne les arrange pas forcément de vivre pour le restant de leurs jours dans ce si beau pays qu’est la France. Mais faut ce qu’il faut pour survivre.

 

Ce grand-père blanc immigré italien ayant fui le fascisme, le mien. Il n’a pas été discriminé. Ca n’a pas été facile, moins que pour les Français, plus que pour les immigrés polonais, il a été traité de macaroni, ça n’allait pas beaucoup plus loin.

Ce n’est pas ça.

Mais, il n’a jamais écrit un mot de français. Le test de citoyenneté, il l’aurait raté. 50 ans en France pourtant, c’est pas de la mauvaise volonté ?

Pourtant, tous les soirs, tous les soirs, on le trouvait devant « Des chiffres et des lettres ». Et ce n’était pas un féru de calcul mental.

 

Je suis raciste, mais mais comme on dit sur Facebook, it's complicated.

29/05/2012

Cannes - Thons

Je devais monter les marches.

Ca ne s'est pas passé et pourtant les jours d'avant j'avais cliqué sur "Robes de soirée" sur Vide-dressing, des choses dorées et froufroutantes de demoiselles d'honneur sont apparues mais je ne cherchais pas une tenue de mariage.

J'aurais fait comment ?

Ontologiquement ça va remuer nos méninges : qu'est-ce qui fait la soirée dans une robe ?

Dîtes pas "la marque", j'en connais en total-look Miu-Miu qui continuent de faire caissières.

7261445826_5be4b8bfbf_o.jpg

Y a des pistes.


- Une Petite Robe Noire. C'est une chose de "soirée" parce que la nuit, il fait noir.

Mylene-Jampanoi-dimanche-20-mai_portrait_w674.jpg

Risqué, l'air d'être habillé pour une pendaison de crémaillère.

- Alors, la robe bustier, pardi ! L'affriolante question de la tenue des seins FAIT soirée.

robe_cannes.jpg

Piou-piou.

Non, dès qu'on voit les canes, y a petit souci.

- Il faut : Une robe longue. Car c'est pas pratique. Donc solennel, i.e. de soirée.

cannes-2012-diane-kruger-giambattista-valli-haute-couture-1244684.jpg

Mais le long qui se veut vestale vire aisément gitan.

- Avec un bout de traîne, vous enfoncez le clou. Ca marque vraiment qu'il n'y a rien d'autre à faire dans cet outfit que de fouler un tapis rouge.

cannes-2012-eva-longoria-sur-le-tapis-rouge-pour-la-ceremonie-10698536uoydf_2041.jpg

Enfin, l'effet plumeau...

- Option rouge flamboyant ET sexy ?

En effet, si l'on voit de la peau ça inspire des envies lubriques or l'on fait plutôt l'amour en soirée qu'en matinée.

Kristen Stewart - in a red dress-19-560x841.jpg

Mouais. Confusion possible avec le tapis.

- Un pschitt de paillettes donne un twist boule à facettes pour éclairer la soirée.

kylie_minogue_holy_motors_312171462_north_607x.jpg

Pouah, ça fait tellement starlette.

- Le tutu, le tutu, le tutu.

ambiance-festive-au-festival-de-cannes_1115511-1.jpeg

Pas l'tutu ! Pas l'tutu ! Pas l'tutu !

Lorsqu'on n'a pas l'âge d'être une ballerine...

- De l'archi-structuré ?

Tilda-Swinton-Haider-Ackermann-bronze-dress-Cannes-2012-red-carpet.jpg

Mon Dieu que c'est compliqué.

- Autre équation : long + simple + mini-traîne + couleur claquante.

hbz-Uma-Thurman-cannes-052311-de.jpg

Affreux. Affreux, affreux, affreux. Prenez l'accent de Jean-Pierre Papin pour marquer votre désarroi.

Qu'est-ce qui ne va pas ?

L'effet robe de bure en acrylique ?

Eventuellement.

- Revenons à nos basiques : La PRN en longue ?

Pour tromper l'effet chiantissime, on l'imposera sensuelle.

11-anja-rubik-affiche-une-sublime-robe-500x0-4.jpg

Mais trop de peau tue la peau.

Robe-ouverte-Cannes-2011.jpeg

Surtout lorsque l'on montre élégamment le chemin.

- Une coupe de duchesse ?

Diane-Krueger-pour-sa-derniere-montee-des-marches-a-Cannes_portrait_w674.jpg

Vise le popotin !

Il nous faut donc comme ingrédients magiques :

Du long mais sans traîner / Du sexy timoré / Une couleur franche et distinguée / De la tenue mais un peu de simplicité / Du collant pas moulant.

Soit : ça.

Virginie-Ledoyen-a-la-montee-des-marches-de-la-ceremonie-d-ouverture-du-Festival-de-Cannes-2012_portrait_w858.jpg

En sus, je peux vous accorder le tutu s'il n'est pas chair, un peu de noir mais accompagné de bleu nuit, une dose de complexité de forme et de matière si vous soulignez la sllhouette.

Alors mon tout, sera une princesse.

cannes-2012-marion-cotillard-princesse-dior-1245487.jpg

Parées pour 2013 ?

I am.

Ca doit se trouver en vide-grenier.

21/05/2012

Un genre de, regroupement familial ?!?

C'est la lubie du moment.

Dans ma salle de bain.

Tout ce qui se ressemble doit s'assembler.

Voilà leur histoire.

 

On a déjà mentionné que je voyageais en Province pour mon travail et qu'aussi j'avais mal au dos.

Et qu'il fallait que je reste propre, douce, soyeuse et déridée.

J'avoue donc un engouement pour les échantillons de produit offerts par les marques de cosmétique dans les magazines féminins dont je suis également friande pour éponger les heures de train que je m'enquille.

IMG_1667.jpg

Ainsi donc, toute pleine d'intelligence, je ne transporte pas mes soins habituels grand format lors de mes déplacements, afin de m'alléger mais, des miniatures, qui d'hydratant pour la peau, qui de camouflage des pores, qui de crème de nuit, qui de fond de teint, et cetera.

IMG_1666.jpg

C'est assez malin.

Et je ne suis pas femme à m'auto-congratuler si aisément.

Or, j'ai fondu à cette occasion pour une crème de nuit dite "veloutée", dont la texture était tout à fait fidèle au programme annoncé.

Au bout du deuxième échantillon me procurant ce même plaisir, j'ai acheté le produit, un acte rationnel, pour quelqu'un qui néanmoins ne croit pas valoir beaucoup.

Du moins, pas autant qu'Eva Longoria.

Et j'ai rapatrié la famille. Comme on a fait en 76. La crème de jour et le sérum. Rien ne s'y opposait. 

  1. L'étranger concerné ne justifie pas d'une année de résidence en France en situation régulière ;
  2. L'étranger concerné ne dispose pas de ressources stables, suffisantes pour subvenir aux besoins de sa famille ;
  3. Les conditions de logement que l'étranger se propose d'assurer à sa famille sont inadaptées ;
  4. La présence du ou des membres de la famille sur le territoire français constitue une menace pour l'ordre public ;
  5. Les résultats du contrôle médical auquel doivent se soumettre, dans leur pays d'origine, le ou les membres de la famille font apparaître qu'ils sont atteints de maladies ou d'infirmités pouvant mettre en danger la santé publique, l'ordre public ou la sécurité publique ; 

IMG_1653[1].jpg

C'était super. Une synergie. Ma peau allait recevoir des soins coordonnées, complémentaires, équilibrés.

Ca a fâché les produits de ma salle de bain mis au rebut.

Ils ont décrété comme en 77 que l'entrée des conjoints et enfants de travailleurs immigrés était subordonnée à la promesse que ceux-ci ne tenteraient pas d'y chercher un emploi.

J'avais pas le droit de les utiliser, on les laisserait stagner sur l'étagère.

J'ai cassé le décret en riant, avec l'aide de l'Europe et ai récidivé.

IMG_1655[1].jpg

 Ca a failli ne pas passer, car le Président de ma salle de bain avait concocté un nouveau règlement.

Il aurait fallu que les membres de la famille passent un examen sanctionnant leur pratique du français et la connaissance des valeurs de la République.

Tiens donc, il aurait fallu tester l'efficacité du-dit masque à cheveux ?!

Aujourd'hui, ça ne semble plus d'actualité.

On l'a renversé.

Mais je vous demande de veiller.

14/05/2012

Des trucs payants

J'ai consommé. 

J'avais dit que le plaisir reviendrait et, vulgairement, il s'est traduit chez moi par des achats.

Des choses mises bout à bout qui, sans tout à fait révolutionner ma personne et ses habitudes de vie, lui procurent un sentiment de renouveau.

Je promène désormais mon ordinateur de Comités de Direction en Comité de Pilotage dans un cabas élégant, Prada-like, Miu Miu-like, une griffe italienne luxueuse-like.

soi 676.jpg

Si vous n'aimez pas rêver, il est fabriqué et vendu par le magasin Printemps et comme il a eu peu de succès, en déduirons-nous, le directeur de l'enseigne a réduit de 40% son prix ainsi en alignant 3 billets de 10 euros sur le comptoir de la caisse on pouvait repartir avec.

Après, je suis remontée de la main au poignet, ce n'était même pas un choix délibéré, une suite logique, m'étant rendue chez COS j'ai pris ça. "T'as pris quoi chez COS ?", "Oh, un bracelet". Des gens ont la même démarche chez Chanel, ils prennent un truc, en passant, chez Chanel, mais je suis de gauche donc peut-être que COS est le Chanel des gens de gauche ?

soi 681.jpg

Ca coûtait 5 euros de moins que le cabas, une somme qui commençait à grimper mais comme on ne peut pas additionner des cabas Printemps avec des bracelets COS le résultat final nous demeure inconnu.

Je veux me récompenser d'avoir oeuvré pour le droit des immigrés par ces billets percutants qui ont ébranlé la conscience de nombre de racistes.

Du rouge donc. Qui tâche pas. A savoir l'invention REVOLUTIONNAIRE pour les lèvres d'YSL.

Le vernis à lèvres.

soi 682.jpg

Je n'ai pas chronométré sa tenue, néanmoins. Est-ce qu'il est plus efficace qu'un bâton de Nivéa bien carrossé ?

...

Je le mets, je machouille pas, je pince pas les lèvres, je m'accorde une cigarette, je prends le 7h07 pour Cherbourg, m'endors, à 10h, à l'arrivée, il n'en reste plus mais on n'en tire pas de conclusion hâtive, c'est beaucoup d'évènements pour un vernis à lèvres.

Il est orange. Corail. C'est un pur couture. Brique clair. Formellement, orange de Chine. Qui s'en souciera ?

Pas bégueule, j'ai aussi craqué sur des choses déjà portées, dégueulassées par d'autres pieds que les mains lors du vide-grenier annuel de la rue de Bretagne. Ca, c'était 3 euros, c'est abimé, c'est le juste prix, on félicite la vendeuse pour sa clairvoyance. AU pire, celle-là, elle aura voté Bayrou.

soi 678.jpg

Tout ça est très beau. Très réconfortant.