30/04/2012

Dis-moi que tu votes FN, je te dirai qui tu es

Qui sont-ils ?

Des techniciens en fin de carrière, stables, et propriétaires de leur maison.

Des habitants des régions du Midi méditerranéen, de Rhône-Alpes, du  Nord et de l’Est (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Champagne-Ardenne, Alsace-Lorraine).

Des gens qui ne voyagent pas.

Des pessimistes.

Des gens qui veulent mettre en garde Hollande.

Des habitants des zones périurbaines situées entre 30 et 50 kilomètres des grandes villes.

Des gens qui disent se sentir "dépassés", voire "envahis" par les étrangers.

Des ouvriers et des employés qui n'ont plus les moyens de vivre en ville.

Des gens qui fantasment.

Des habitants de départements au taux de chômage élevé.

Des gens du monde de la boutique, des petits commerçants, des artisans.

Des habitants de déserts médicaux.

Des gens qui étaient tentés par l'abstention.

Des habitants de villages dont même la boulangerie a mis la clef sous la porte.

Des gens en insécurité culturelle.

Des habitants de la "campagne-galère", issus des quartiers difficiles de la ville-centre ou des villes populaires de la proche banlieue,  qui se retrouvent loin de la ville-centre et du lieu de travail, souvent dans un environnement banal.

Des p'tits vieux.

Des gens qui en ont marre du mauvais parler.

De jeunes corses habitant le long de la plaine orientale.

Des invisibles.

Des habitants de villes moyennes, touchées par la désindustrialisation et les plans sociaux à répétition.

Des campagnards.

Des femmes, désormais.

Des gens habitués à regarder des chaînes de télévision, où on leur dit « attention les arabes, les cités, les quartiers ».

Des "puristes", des déçus de Nicolas Sarkozy et des révoltés de la gauche.

Des gens qui font trop de voiture et dont le plein d'essence n'est pas subventionné.

Des habitants de villages qui ont perdu leur Poste.

Des gens très peu diplômés, peu insérés socialement et majoritairement issus du secteur privé.


Drocourt, ville qui a le plus voté FN dans la... par France3Nord-Pas-de-Calais

 

Je continue ?

En résumé, des habitants de bourgades autrefois paisibles ravagées par 30 années de laxisme UMPS comme se moque habilement Brain Magazine ?

A moins de voir se dessiner un programme politique.

Si tant est qu'il y a bien souffrance sociale, car en quoi le fascisme serait-il un symptôme suffisant ni même nécessaire pour en attester ?

Je hais les étrangers donc je souffre ?

Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage.

Mais soit, s'il faut une Agence Nationale de Resocialisation Péri-Urbaine, mettons que mes impôts la subventionnent, pour que les immigrés qui vivent dans mon quartier trouvent un peu de répît.

Et nationalisons les boulangeries.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Tous des fascistes en puissance? Tsssss !

Et ceux-là tu les a oublié?
http://www.france24.com/fr/20120427-election-presidentielle-marine-le-pen-front-national-fn-vote-etrangers-immigration-temoignages

Écrit par : Blog_trotter | 30/04/2012

Il paraît que non.
Juste, ils souffrent.
ET LA BOULANGERIE A FERME !
Trêve de plaisanterie : s'il faut une politique des territoires dans ces zones péri-urbaines, mais faisons-la ! traitons cette souffrance, sérieusement.
Mais par les mots ?

Écrit par : Ema | 30/04/2012

Il faut quand même relativiser...
Rappelons tout de même qu'à côté des 17,9 % de votes FN, 82,1 % des votes ne se sont pas exprimés en faveur du FN. Si en nombre, le FN n'a jamais été aussi haut dans les urnes, c'est alors aussi vrai pour le complément.
D'une élection à l'autre, l'indicateur de comparaison est le pourcentage. Or, l'extrême droite est en 2012, en dessous de son pourcentage de 2002.
C'est surtout le mauvais score de Sarkozy et Bayrou, la droite classique, qui fait des électeurs du FN un enjeu pour le second.

Écrit par : Lucrece | 30/04/2012

Lucrèce : tu entends comme moi Sarkozy hurler ses immondices. Le combat est presque déjà perdu.

Écrit par : Ema | 02/05/2012

Écrire un commentaire