Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2012

Vie à crédit

Perso, j'ai été notée triple B(use) quand j'ai voulu emprunter l'équivalent d'un pull Maje par mois pendant 4 ans pour faire des travaux dans mon appartement.

J'étais la Grèce. 

Mon banquier, un vieil abruti touchant, me regardait, il voyait une moussaka géante en face de lui.

Je n'avais pas de dettes, des revenus, modestes, un air pas net.

Soudainement, j'étais une exclue.

Un parent triple A a emprunté pour moi et je l'ai remboursé méthodiquement.

Il était l'Allemagne. Sa solidité. Il ne prenait jamais de glaces à deux boules.

 

banque,crédit,crise économique,crise européenne,dettes,triple a

A l'époque, je ne voyais pas les choses ainsi.

Mais maintenant, je sais. Ce triste monsieur (il avait dû me parler du décès ou du divorce d'avec sa femme, des années en arrière) était le Standard & Poors des particuliers.

Il m'avait notée. Il m'avait dégradée.

Et moi, j'avais pas eu ma chance. Pas comme la Grèce, qui a argumenté, promis de faire des économies.

Qu'on aurait bien voulu croire.

Il a regardé ma fiche de revenus et tranché.

On n'a pas fait de budget ensemble, il ne m'a pas dit comment, si je changeais de politique, bon de mode de vie, il pourrait envisager de me financer mon chauffage, leurs dépenses sociales.

Alors que j'étais prête à être bonne élève, si par exemple j'avais eu l'habitude de donner à ma paroisse j'aurais interrompu ces versements illico sur sa recommandation et l'Eglise grecque, elle, ne se serait jamais donné la peine de bazarder quelques églises décrépites.

QUI SERVENT A QUOI ?!?

 

banque,crédit,crise économique,crise européenne,dettes,triple a

En face, les organismes de crédit se désespéraient du bas niveau de la somme que je devais emprunter. A moins de 20 000 euros, je ne les intéressais pas.

Il fallait me fournir de l'argent, m'abreuver pour m'affoler.

Ils voulaient faire de moi la Grèce, euphorique j'aurais claqué.

Je voulais pas une vie tellement meilleure que celle que j'avais mais des radiateurs neufs et un coup de peinture, c'était ça mes envies, toutes.

 

D'un côté j'étais trop pauvre, de l'autre on voulait m'appauvrir.

C'est réjouissant.

C'est la Société.

Générale.

 

 Illustrations de Capitaine Némo -  Blog Médiapart

 

Commentaires

IKEA 365+ "MYSA" (blanche)
Couette, indice de chaleur 6
€ 55

(je participe sur 15€)

Écrit par : PhilippeC | 19/01/2012

Ah, c'est Fute-fute ça. Ça m'avait tellement étonné d'être exclue du groupe social de ceux qui empruntent. Je m'étais toujours vécue comme riche. Mon côté Hollandiste déjà.

Écrit par : ema | 19/01/2012

Quand même, pour une matheuse...

Pull modèle « Hostie » (!) , manche longue chiné avec col claudine et empiècements en cuir, Maje Prix : 195 € x 4 ans x 12 mois = 9360€

(ça fait cher le radiateur)

Mais la vengeance a sonné : consultante high-tech avec carte premium TGV salon spécial VIP, vous avez droit au tapis rouge, et à la révérence du banquier de la Générale (coup de talon du Louboutin acéré dans son gros séant au passage).

Écrit par : PhilippeC | 20/01/2012

Ce n'est pas juste, vous avez pris le plus cher, mon emprunt était moindre, c'était beaucoup de radiateurs, avec des qualités high-tech que je ne saurais résumer aujourd'hui.
Mais mon Dieu : me serais-je fait avoir par mon ouvrier ?
(ce moment où jouer la très la bourge publiquement va se retourner contre moi. quand ?)

Écrit par : ema | 20/01/2012

"jouer la très la bourge publiquement "

Le mal est fait... le bichon roux, les weekends à Goa, le rouge à lèvres "rêve de nuit à Cortina", vous ne recevrez plus que les pubs de luxe chez l'ami Google...

(6000:Bingo !)

Écrit par : PhilippeC | 20/01/2012

Je me souviens bien du premier banquier qui m'a demandé, alors que je sollicitais un prêt pour faire un modeste investissement locatif, pourquoi diable ne devenais-je pas propriétaire en banlieue de ma résidence principale plutôt que de rester locataire à Paris.

De là à ce qu'il me conseille aussi des marques de fringues...

Écrit par : Raoul | 23/01/2012

PhilippeC : je ne vous ai même pas félicité ni promis un cadeau. Je serais assez pour une boîte de macarons. Histoire d'asseoir une réputation de blogueuse mode qui s'effrite.

Raoul : je vois la scène, cet homme sans pudeur.

Écrit par : ema | 23/01/2012

Les commentaires sont fermés.