17/02/2011

Fusion Mood

Et puis non. Pas de crêpes. Femme varie.

Après une journée passée en ZUS, me suis consolée avec un indigeste Brownie qui me fait aspirer à une vie simple et pourquoi pas aride.

Ce sera du saumon.

 

D'Ecosse ou de Cherbourg, viendra la poisson (dit la carte). Selon leur parcours dans la Manche peut-être. Je ne demanderai pas à la serveuse, elle a l'air bête et ces gens-là sont fortiches pour me rendre ridicule. 

Photo 125.jpg

J'aimerais apporter plus sur ces cherbourgeois. Ah, ne soyez pas étonné si je me fais prochainement écraser par une voiture. J'aurai pris la mauvaise habitude que les voitures s'arrêtent dès que je fais mine de traverser la route. Courtoisie provinciale ou basse-normande, je ne trancherai pas aussitôt.

D'habitude, je me lance dans un affrontement fatal entre l'engin et moi pour l'obliger à plier. Face à ses tonnes de métal (Aluminium ? Cuivre ? De quoi est faite une caisse ?), ma frêle carcasse table sur l'angoisse du conducteur devant-avant le carnage annoncé.

Il pile donc. Ca aussi, c'est « en général ».

 

D'ailleurs, il y a quelques jours, sur une des avenues de l'Etoile, un camion s'est gracieusement arrêté alors que j'attendais sagement devant les bandes blanches. Sans que j'aie osé le narguer. Ne croyant pas ma chance, j'ai fait de grands gestes des bras pour l'en remercier. Il s'est mis à klaxonner, joyeusement il m'a semblé. Absolument pas, il tentait de prévenir le taxi qui débouchait sur sa droite de freiner pour ne pas m'emboutir. Ca s'est joué à peu (si, il a freiné). Cet abruti de camionneur m'avait cachée au taxi et aurait pu être mis en examen pour mise en danger de la vie d'autrui si mes parents avaient pris un bon avocat par la suite.

 

Ceux qui déduiraient de ce qui précède que mon moral n'est pas au plus haut SE FOURRENT LE DOIGT DANS L'OEIL.

 

Et puis, ça s'est fini au pied de mon hôtel à partager une clope avec un commercial de chez Brandt.

Commentaires

Ma réponse, trop intelligente et secrete pour y êtres divulguée ici et concernant comme d'habitude les propos du post que je ne comprendt (Bran-dt) jamais sauf quelques mots ça et là. Donc je préfère m'abstenir d'en divulguer l'essence, sachant tout de même que la phrase commence intelligemment par "Anna" et termine par "Belle".

Toutefois, mes propos tenus secret pour de simples mesures de sécurité, nationales et prénatales, je tiens à dire que (pour qu'il n'y ait point de mal-entendu, Ema-Dame), que le code n'est pas en rapport, ni de près, ni d'ailleurs, avec le célèbre roman écorné "Sebastien" qui fût l'apogée d'une certaine sensualité des pokes, alors que JP Foucault devenait à peine la référence en matière de parade chez Disney.

Ceci donc pour éviter toute confusion avec l'abjecte revue dont je ne citerais que la première et la dernière billabes: "Bi" et "ba", en hommage à Henry Dès, célèbre Entomologue, Pr. Honoris Es Cosette, etc.

J'espère donc être au moins aussi Claire qu'Annabelle.
--- flûte! ...je l'ai dit ---


PS: Oui, j'ai connu un Brandt, moi aussi!
C'était quand j'étais une paire de chaussettes assortie à mon bonnet gauche.
Mais je peux m'tromper.
Je me sent aussi incertain qu'un certain H. de montagne.
--- Méfiont-nous, il se pourrait que d'autres nous lisent, Dame Ema, Dame! Les temps sont cruels. Gardont le nez dans vos chaussettes M'Dame.

Merci pour le chocolat.

Écrit par : soniafan2010 | 18/02/2011

Ema, il aurait fallu fumer une clope avec "cet abruti de camionneur", plutôt, le commercial de chez Brandt était dans le taxi.

Écrit par : Mike hammer papatam andropov | 18/02/2011

pour une Brandt rhapsody ( ici normalement je mets un lien vers la chanson de B.Biolay mais acces denied..)

Quand je consens à aller en régions, je suis toujours émerveillé de pouvoir fumer dans la rue sans me faire taxer toutes les deux minutes, du coup je fume plus mais ca c'est encore autre chose.

Écrit par : sdr | 18/02/2011

DU COUP JE M'AI CREVÉ L'OEIL.

Écrit par : PhilippeC | 18/02/2011

Du coup aussi on attend des nouvelles de la peluche rusée souffrante... (non, pas vous, l'autre)

Écrit par : PhilippeC | 18/02/2011

sonia : je combrandt rien et tout.
"l'abjecte revue dont je ne citerais que la première et la dernière billabes: "Bi" et "ba"" c'est vraiment joli.

Mike : mais c'était des temps temporels différents. le camion n'était pas à Cherbourg. Et pour un Poirier, le commercial passe mieux.

sdr : ils sont gentils, hein ? ouh, qu'on va se faire des ennemis, gros frisson de plaisir.

PhilippeC : vous êtes du genre à vous crever les yeux de toute façon. ça ne m'étonne pas. et je ne parle pas de vos rapports avec votre mère.

Noé va peut-être bien. Maladie chronique = "préparez-vous à sa mort lentement". Je le prends moyennement bien.

Écrit par : ema | 18/02/2011

J'avais aussi un truque avec "Rembrandt" mais comme je trouvais faSSile, je me suis retenutte.

Ais-je bien fête ? --- ceci n'est pas une question au féminin.


PS: Pour Zoé, ça m'apprendra à laisser un animal mM'apprivoiser avec une telle qualité de communication, ma petite bleue, ma petite rate, c'est le contraire je suis toujours à toi. Et l'amour étant le canal principal et sans bruit de la communication (et non l'inverse!), elle en était une reine. Elle est une reine qui reste, présente.

Avec le parfum de la vie.

Il est Claire qu'après le passage chez le vétérinaire final, il m'était impossible de parler,... il avait compris qu'il fallait me laisse les dernières minutes qu'elles m'avait demandée et anticipées, alors encore vivante, de rester jusqu'au bout en communication, en présence directe, constante universelle, avec Elle.

:: je me suis exécuté.

Il me reste en mémoire la photo du parfum
d'un bouquet d'Orchidées blanches.

Écrit par : soniafan2010 | 19/02/2011

oui bon d'accord, mais cela ne nous dit pas si ZUSER C'EST TROMPER OU PAS?

(Autant dire que je n'assume qu'à moitié ce commentaire, un lundi matin..., de deux choses lunes, soit je creuse encore plus profondément les jours suivants ou bien je rebondis mais personnellement je pencherais pour la première)( bien amicalement)

Écrit par : sdr | 21/02/2011

Écrire un commentaire