06/11/2008

Pourquoi pas le Mali ?

Des souvenirs oubliés de mes deux incursions au Mali ont reflué.

J'y suis allée par opportunisme, parce qu'une amie vivant aux Etats-Unis y passait 3 mois.

C'était moins loin pour se voir, de se retrouver à Bamako plutôt qu'à New-York.

C'est snob.

Dès l'aérogare, je me suis sentie chez moi.

L'aérogare de Roissy.

Ca ne ressemble même pas à un aéroport, c'est un terminal miteux, un hangar.

Les règles y sont souples. Les tours avaient déjà explosé.

Devant le personnel chargé d'enregistrer les valises et pas mal de cartons d'électroménager, un gars m'a demandé s'il pouvait m'emprunter quelques uns de mes 20 kilos de bagage autorisés, ayant épuisé sa ration.

La fille a fait semblant de ne rien entendre, j'ai bien sûr accepté.

Oh, ne vous inquiétez pas... Qui pourrait avoir une raison de faire exploser un avion rempli de maliens et de burkinabés pour la plupart musulmans ?

La géo-politique, c'est pas pour les chiens.

nomades_niger.jpg

Dès l'arrivée sur la piste d'atterrissage de l'aéroport de Bamako, je me suis sentie chez moi.

Ambiance Grace Kelly.

Je veux pas dire ambiance ambassadrice de l'UNICEF avec un fichu sur la tête pour aller parler aux enfants mutilés.

Grace Kelly ne faisait pas ça.

On lui demandait juste de descendre de l'avion gracieusement.

C'était pareil, à la sortie de l'avion on n'avait pas à s'engouffrer dans un boyau en plastique, il y avait un escalier.

On arrivait directement sur la terre rouge comme celle de Tara.

Dans le petit bus qui rejoignait la ville de Bamako j'ai attendu que se manifeste une ville.

Que cessent les grandes allées de terre avec des femmes assises vendant des mangues, des types tirant une petite charrette avec des bricoles, des gens qui marchent calmement, langoureusement, doucement, ondulant, des milliards de petits enfants.

Car c'est quelque chose de difficile, pour le touriste ambulant, ces abords d'aéroport qui ressemblent trait pour trait à ceux qu'on vient de quitter.

Surtout quand on est accompagné, "waouh c'est super", "je suis hyper contente d'être ici", "t'as vu le petit bonhomme du feu rouge?", "putain leurs pubs pour les tampons hygiéniques c'est hallucinant", "ah ils ont Carrefour aussi ici".

Là ce n'était pas le cas, on était ailleurs, j'ai jamais trouvé de supermarché au Mali.

niger_touareg.gif

Je me suis sentie PSYCHOLOGIQUEMENT chez moi. Pas SOCIOLOGIQUEMENT chez moi.

Imaginons que vous ayez fait de la sociologie, on vous lancera parfois "ah tu peux m'analyser alors, faut que je fasse attention".

Là, on répond gêné : 'non je peux analyser la société, pose-moi une question, mais pas ta personnalité".

Le pays seyait à ma psychologie, pas à mes habitudes de vie concernant la circulation, l'alimentation, la boisson, l'habitation etc...

Pour être franc, je n'ai pas songé à m'y installer.

Pour résumer, j'ai cessé de me sentir "folle", "secouée", "bizarre".

Je n'agis pas toujours comme mes compatriotes.

Si l'épicier veut aller s'acheter des clopes je garde sa boutique, j'avise les hommes dans le métro pour leur faire porter des poussettes, au cas où le voisin aurait refermé sa porte par mégarde je suis prête à enjamber nos balcons pour aller ouvrir de l'intérieur, si je tombe dans la rue j'en ris avec les passants , j'ai gardé un croisé rottweiler-beauceron 4 jours pour arranger un maître-chien qui vivait dans un foyer où Belle (c'était son nom) était interdite de séjour. Afin qu'il ne dorme pas dehors le temps de trouver une solution.

Je fais d'autres choses moins sympas aussi, dans ce genre, je crie fort si un monsieur mate mes seins dans les transports publics.

C'est un comportement social inadapté.

La définition même de la folie, avoir un comportement social inadapté.

Je me réfrène.

Je me réfrènais.

Au Mali, j'ai vu des millions de gens agir comme ça.

Comme je ne crois pas à la psychologie des foules, style "les allemands ont tous un complexe de castration"...

J'en ai conclu que les maliens ne souffraient pas tous d'une maladie psychologique, celle que j'ai.

Celle que je croyais avoir.

didier-tse2006-touareg2.jpg&usg=AFQjCNHl8bdYpZv1FIN2vkIb8xXEUmjNGw

C'est un peu comme avec les camélidés.

Ca ressemble de près à des animaux préhistoriques.

Ca n'en reste pas moins un mammifère tout ce qu'il y a de plus commun.

 

Commentaires

D'un coup, je me dis que je devrais arrêter de te dire (gentiment) que tu es barge ; parce que je te lis, et je pense, mais ils sont cons les gens qui te disent que t'es folle, t'es pas folle, t'es entière, sincère et spontanée ; pis je me rends compte que je le dis aussi, "espèce de petite folle" (mais avec un sourire).

Le pire c'est qu'on me dit toujours que je suis barrée / barge / tarée / secouée / etc, et que je sais jamais comment le prendre. I should know better. Je te suis pas toujours, c'est sur, mais folle tu n'es point, ou alors tout doucement.

C'est un chouette billet et je t'adore fort comme tout.

Écrit par : Circé est pas fière, d'un coup | 06/11/2008

Ben la prochaine fois tente Mali..bu! :)
Délicieux ce post! tu y revendras pour le Dakkar? :)
Très belle la première photo!

Ps : c'est au Mali que t'as adopté Bambi?

Écrit par : M1 | 06/11/2008

Circé @ toi comme Ema, vous avez la folie douce et intelligente! barrées comme on adore quoi!
Bon, profitez-en, c'est pas tous les jours distribution de compliments!

Écrit par : M1 | 06/11/2008

Mais que font ces femmes accroupies au milieu des hommes en dromadaires : jeunes filles enlevées lors de la dernière razzia chez la tribu voisine, ou bien réunion Tupperware ?

Écrit par : PhilippeC | 06/11/2008

Etre "psychologiquement" bien dans un pays, sans y être adaptée "socialement"... Hum, que c'est beau! Que c'est juste!
Have a nice day, all oy you!

Écrit par : Lord de Winter | 07/11/2008

Je dirais pas mieux que Circé.
Puisses-tu garder toujours cette integrité, cette spontanéité. tu n'est pas folle, c'est notre monde qui est fou.
(hier encore je me serai foutue des baffes dans le bus car une femme a couru pour l'attraper, je l'ai vue, j'ai ouvret le bouche pour hurler au chauffeur de l'attendre, et...rien n'est sorti, comme dans le cauchemars. la femme a loupé le bus ! maintenant je me dis qu'un tour au Mali me ferait du bien)
Très chouette billet. une fois de plus

Écrit par : cilaïne | 07/11/2008

cil : je sais que t'es comme ça aussi. mais c'est véridique, en rentrant du Mali j'ai cessé de m'empêcher d'agir. Hier encore un type engueulait une pauvre serveuse dans un bar immense dont ce devait être le premier jour. "I said no no no". Sinon, résultat dans 2 mois elle sera imbuvable pour pas se laisser démolir par les cons.

Lord : l'idée c'est que je me suis pas transformée en malienne, piler le mil avec un bébé sur le dos, très peu pour moi. me suis même pas faite faire des tresses.

mart : je me retenais sur la passerelle pour pas faire un petit signe de la main...

philippec : les femmes touaregs sont supposées être ultra favorisés par rapport aux autres ethnies du pays. pas de polygamie. c'est pas pratique quand on bouge du reste. donc peut-être qu'elles envisagent une expédition punitive contre un membre de la tribu qui a manqué de respect à l'une d'entre elles. une réunion calebasse est aussi envisageable.

M1 : un compliment de M1, on prend, on prend, on prend. Bambi vient de Slovénie mais je l'ai rencontré dans une ménagerie du bord de la Seine. Y a un lien, cependant. Dans les cafés, si je l'ai avec moi, je le prête aux gens qui ont besoin de calins.
(ruquier sors de ce corps) (les photos ne sont pas de moi)

circé : nan, t'inquiète pas. et puis, quand tu as réagi ainsi, c'est que j'avais effectivement fait des trucs un peu barges que je ne peux - encore - dévoiler ici.

Écrit par : Ema | 07/11/2008

du peu que je découvre de toi dans le sillon des phrases me plait beaucoup et je t'achète avec les chameaux, c combien ! ?
je suis un peu impulsive là, mais beaucoup intuitive , au plaisir de te lire ...

Écrit par : laurkal | 07/11/2008

Je me sens un peu chameau .. à pas savoir commenter ton billet. Juste parce que c'est bien écrit. Ça viendra avec le temps, j'ai eu les mêmes syndromes au débuts avec le blog de la Ch'tite.

Écrit par : electromenagere | 07/11/2008

L'inadapté social est définitivement hermétique à la psychologie des foules.
Je pense que le mateur de beaux nichons rentre dans la case de "psychologie des foules". Pour ne pas avoir envie de regarder, Il faut être indapté socialement à notre époque orwellienne.

ton billet est chouette

Écrit par : ctoileblog | 07/11/2008

Moi, je regarde les beaux nichons. J'ai une fascination pour les beaux nichons.
C'est grave, docteur ?

(Bon, c'était surtout car je ne voulais pas laisser Mart tout seul sur ce coup là)

Écrit par : Circé | 07/11/2008

laurkal: je sais que j'en ai discuté, mais je ne sais plus combien de chameaux je vaux. oh, mon ami alhadje avait acheté un chameau qu'il devait ensuite faire travailler, avec les touristes, il avait à peine l'argent mais il riait en disait qu'il lui plaisait. bon bah il est mort ensuite le chameau. c'était une entreprise risquée. c'est dur de monter une entreprise. surtout avec des bêtes qui meurent.

électro : bah dire qu'on se sent chameau, dis donc tu nous inventes une expression, tac ! "je me sens chameau". je sais pas encore ce que ça veut dire mais IL FAUT LA REUTILISER.

ctoileblog : tu es un homme normal et moderne, c'est ça l'idée ? "le français est voyeur, obsédé, charmeur et mateur". ça pourrait être vrai. parfois, donc, la psychologie des foules touche du doigt la vérité. Mais je n'ai pas l'acuité de Mme Cresson.

mart : affreusement banal.
nichons. beurk beurk beurk. toutes les filles qui passent ici dégueulent le mot. je connaissais un vieux sénateur qui appelait les seins des femmes des doudous.

circé : dans ta bouche, nichon devient beau. tu as cette grâce.
mais mart doit assumer sa perversité banale seule.

Écrit par : Ema | 07/11/2008

Bambi drague pour toi?
Sinon j'ai bien envie d'aller au Mali, c'est animé le soir?

Écrit par : M1 | 07/11/2008

M1 : ouais, y a des endroits géniaux au mali le soir ! pour danser le coupé-décalé. écouter de supers groupes. dans des boîtes en plein air ou dans des immeubles pas finis, sans toîts. surtout bamako mais aussi segou. je te donnerai des noms de gens extras. juste là j'écoute ali farka touré "c'est les années difficiles, de l'amitié et de la souffrance. beaucoup sont disparus, à moi d'être là, pour faire le mémoire, d'un souvenir..." bon mais ali est mort et n'est pas très dansant.

avec bambi je peux draguer les femmes, les hommes et mêmes les enfants. à ne pas mettre entre toutes les mains, ce chien.

Écrit par : Ema | 07/11/2008

Je me sens tout à fait comme Electroménagère devant ton billet .
Je vois tout à fait ce que tu veux dire par "psychologiquement à ma place". Moi, ça me fait ça en Angleterre . Là - bas, je ne suis pas bizarre, on ne me regarde pas les yeux écarquillés ... je suis détendue, dans mon élément avec ma peau toute blanche de rousse - que Mart trouve si répugnante .
Je ne pense pas que tu sois socialement inadaptée . Ce sont les autres les handicapés sociaux : les je ne dis pas bonjour, je te passe devant à la caisse ...
Je te trouve un vrai talent de narratrice . Vraiment . Ca me scie les pattes .
En fait, tu m' énerves . Je crois que je t' aime de moins en moins . Tu es plutot joli en plus, hein ?
Pfff, je m' en retourne chez moi .
La cuisine ? Es - tu un cordon bleu ?

Écrit par : frannso | 07/11/2008

frannso : on doit tous avoir notre pays psychologique, non ? (l'amour des théories, ou généralités, me tuera un jour).
sinon, tu connais la théorie d'une infinité de singes devant des machines à écrire pendant une infinité de temps qui pourraient écrire la recherche du temps perdu ?
n'oublie jamais que moi, pour écrire, j'ai Bambi et Noé et que ces deux connards marchent régulièrement sur mon clavier.
j'ai envie de recoudre tes pattes. tu les as conservées dans une glacière ?

je crois que l'un dans l'autre tout ça était un compliment, alors merci merci merci.
par ailleurs je suis une catastrophe en cuisine. disons qu'à un moment de ma vie j'ai survécu en buvant du coca et en mangeant du chocolat noir.

mart, mart, mart : arrête de me faire rire en m'accablant. ça finira mal cette histoire.
je vais essayer de remonter à la source et l'occire.

Écrit par : Ema | 08/11/2008

Ema, plutot joliE - j' avais oublié le E !

Écrit par : frannso | 08/11/2008

Bien sur que c' était un compliment et bien sur, j' ai conservé mes bouts de pattes au frais . Gwyneth a une glacière, Kate a une glacière ... J' AI une glacière !
La cuisine n' est pas ton point fort ? Tant mieux ! Sur ce point, je suis donc la meilleure, à moins que Circé ...

Mart, sors du bois saperlipopette !
C' est très vilain de dire "nichons" . Je viens de le dire, non ?

Écrit par : frannso | 08/11/2008

frannso : j'ai su tout de suite que c'était un sacré compliment, c'est ma façon de rougir...
qu'est-ce que c'est que cette histoire de glacière ? le nouveau it bag ? le nouveau "no heat" bag ? ahah.
j'ai un ami, quand il venait dîner chez moi, il amenait son steack et se le faisait cuire...
circé, je voudrais pas médire des absents mais je crois que tu peux dormir tranquille
je l'avais dit à mart qu'on dégueulait toutes le mot nichon. tant pis pour lui.

Écrit par : Ema | 08/11/2008

Mart: c toi le sale petit chouchou! Trop tentant

Ema:tu te trompes à moitié. Certes je fais à manger quatre fois par an. Mais quand je m'y mets,ca déboîte sa mère,selon mes cobayes. Cesse de médire,ou jamais tu goûteras mon saumon sauce citron avé des linguini et des vraies herbes et tout le bordel.

Écrit par : Circé en direct du lavomatic | 08/11/2008

Peut-être devrais-je partir au Mali, moi aussi ?... Mhmm... j'y songerai, j'y songerai... Juste pour voir... Pour savoir plutôt !

Décidément, je me plais ici.

Écrit par : melle Naomi | 09/11/2008

Le coupé-décalé? tu peux m'expliquer? :)

Tu dragues les femmes? ;)

Écrit par : M1 | 10/11/2008

juste pour te dire qu tu gagnerais à être teconnu par tos ;)

Écrit par : bébé prénom | 13/11/2008

Écrire un commentaire